Paroisse de Saint Hilaire du Harcouët - Paroisse de Saint Martin de Landelles

Accueil du site > Homélies > Homélie du jour de Pâques
50600 Saint-Hilaire du Harcouët
Paroisse du diocèse de Coutances et Avranches (Manche)

Homélie du jour de Pâques

dimanche 12 avril 2009

Homélie de Père Lechaftois
Télécharger 12avril09.wma

Il fallait bien se rendre à l’évidence. Au matin de Pâques, le tombeau, qui pourtant était scellé, et gardé, est ouvert, et le corps de Jésus n’y est plus. Alors, on peut, comme les chefs des juifs, dire : « ce sont ses disciples qui sont venus Le prendre, pour l’enterrer ailleurs. » Mais, dans l’évangile de Marc que nous avons lu cette nuit dernière, un messager mystérieux annonce : « Vous cherchez Jésus de Nazareth ? le crucifié ? Il n’est pas ici. Il est ressuscité. » Voilà quand même quelque chose de bien étonnant. Et pourtant, pendant les six semaines qui suivent Jésus se montre à beaucoup de reprises vivant à Ses disciples. Il s’efforce de les convaincre que c’est bien Lui, et qu’Il est bien vivant. Il marche avec eux sur la route d’Emmaüs, Il mange avec eux. Il dit : « Touchez moi, et constatez que Je ne suis pas un fantôme. Un fantôme n’a ni chair, ni os, et vous voyez bien que Moi j’en ai. » Il invite Thomas, qui jouait les esprits forts, à toucher Ses plaies, afin de trouver la foi. Il fait avec eux une pêche miraculeuse, qui leur rappelle quelque chose qu’ils avaient déjà connu. Alors, il faut bien se rendre à l’évidence. Celui Qui était mort le vendredi soir, et Que l’on avait enfermé dans un tombeau, en est bien sorti tout seul, vivant, et Il continue de vivre pour le salut de tous les hommes. Les apôtres ont fini par comprendre, et réconfortés par l’Esprit Saint, ils se sont mis alors, à annoncer au monde, en tout cas, à toutes les parties du monde qu’ils pouvaient rencontrer, que le Christ était bien ressuscité, et que par là, ils vivaient toujours de la Vie de Dieu pour nous appeler, nous entraîner nous-mêmes, à vivre de cette Vie de Dieu. Car, ce n’est pas pour Lui-même que le Christ est ressuscité. Lui, Il est toujours vivant de la Vie de Dieu. Seulement voilà, Il voulait que Sa résurrection prouve Sa fidélité. Il voulait qu’elle illumine le monde, et les esprits des hommes. Il voulait, par elle, inaugurer pour les hommes, une Vie nouvelle avec Dieu. Par Sa mort et Sa résurrection, Il a scellé la bonne nouvelle, le message qu’Il était venu annoncer de la part de Dieu. Oui, même si cela paraît extraordinaire, Dieu Aime les hommes. Il les Aime d’un Amour infini, Qui L’a amené à donner Son Fils, pour qu’Il devienne un homme comme nous, et plus encore, pour que, comme un homme ordinaire, Il souffre et Il meurt. Sur la croix, le Christ a offert en Lui-même à Son Père, les souffrances, les peines, les obscurités des hommes de tous les temps. Et, pour effacer leurs péchés, Il a répandu Son sang. En ressuscitant, Il leur montre que tout cela était bien voulu, et bien organisé, et que le but est atteint, à savoir, que cette Vie de Dieu qui rayonne en Lui, est maintenant Vie de Dieu pour nous, avec nous. En ressuscitant, Il illumine le monde et les hommes, de la lumière du Ciel, et Il les invite, au-delà de tout ce qui les retient, à vivre désormais avec Dieu et pour Dieu. C’est le résumé de notre foi chrétienne mes frères. C’est le résumé de tout ce que Saint Paul a enseigné au nom de Jésus Christ Qu’il avait lui-même rencontré sur le chemin de Damas, et qu’il nous rappelait dans ce texte que nous avons entendu tout à l’heure : « Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en haut, tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre ». Le message de Pâques fait des chrétiens des hommes nouveaux pour qui il n’y a pas que la terre et la vie d’ici bas. Mais il y a Dieu, le Ciel, et la Vie de Dieu que nous sommes appelés à partager. Dieu Qui demeure dans les Cieux est constamment penché vers ma terre. Et Dieu Qui a ressuscité Son Fils, et L’a fait monter aux Cieux, tend constamment les mains pour attirer vers les Cieux, les hommes qui croient en Jésus Christ. Oui, Jésus Christ est devenu le chef, le directeur, le pasteur, d’un peuple nouveau. Il s’est mis à notre tête pour nous conduire jusqu’aux portes, que nous désirons vaguement, et que nous avons toujours du mal à essayer de conquérir. Nous ne sommes plus dans le noir, nous ne sommes plus dans la tempête, nous sommes illuminés, nous connaissons le calme et la paix de Jésus Christ ressuscité souhaitée à chacune de Ses visites à ceux qu’Il rencontrait. « La paix soit avec vous. » Rassemblés dans l’unité autour de Lui et fortifiés par Lui, notre devoir de chrétiens est de rayonner cette joie et cette lumière, et de la faire partager à tous ceux qui veulent bien ouvrir les yeux et ouvrir les oreilles, pour entendre le message de Dieu. Dans sa lettre récente aux évêques du monde entier, notre pape Benoît XVI, un peu fatigué par tous les remous qui viennent de secouer l’Eglise à cause de ses actes, de ses paroles, constate un peu tristement : à notre époque, la foi risque de s’éteindre comme une flamme qui ne trouve plus où s’alimenter. Hé bien très Saint Père, soyez tranquille, les chrétiens fidèles, les chrétiens que nous sommes, eux au moins, savent bien d’où vient leur foi, et où elle s’allume, et où elle s’alimente. Comme cette nuit, où nous avons allumé nos cierges au grand cierge Pascal, qui représente le Christ ressuscité, nous tenons haut et fort, cette flamme qui nous vient de Dieu. Nous savons que c’est en Lui que doit s’alimenter le feu de notre foi, et le feu de notre Amour. Oui mes frères, la lumière de Pâques n’est pas une petite bougie qui tremble à tous les vents, et qui risque de s’éteindre à tous moments. La lumière de Pâques, elle est lumière du Ciel, elle est une aurore boréale qui entoure et enflamme la terre toute entière, pour rejoindre le cœur de ceux qui veulent bien croire en Jésus Christ, Fils de Dieu ressuscité, Qui appelle tous les hommes à partager l’Amour de Dieu. Alors, hé bien notre flamme, la flamme de notre foi, elle s’enhardit, elle s’alimente, elle luit et elle se développe. En cette fête de Pâques, mes frères, puisse cette joie qui nous inonde rencontrer celle de tous nos frères, et par là, illuminer le monde entier, en lui faisant savoir que oui, en Jésus Christ ressuscité, l’espérance n’est pas morte.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette